Archives pour la catégorie Interview

Interview avec Pauline une adopte des animaux …

Interview avec Pauline une adopte des animaux qui nous parle de son chat « Tigrou » !

Voici le lien direct de ma page: http://maplanete.unblog.fr/vos-partages/vos-partages-le-chat-de-pauline-tigrou/

Merci de lui laisser des commentaires !

Sortie au cinema: La famille suricate !!! En sortie le 15 octobre !!!

  

  http://www.dailymotion.com/video/k1DjOaJMPyvd5bM75p

Il était une fois, en Afrique australe, un bébé suricate répondant au nom de Kolo. Ce petit animal carnivore, malin et joueur, va devoir braver la sècheresse et de dangereux prédateurs afin de relever le plus grand défi de sa vie: retrouver ses parents, ses frères et ses soeurs. A travers sa touchante histoire, nous découvrirons aussi la lutte de son espèce pour survivre dans l’immense et somptueuse savane. Grâce à un langage vocal et tactile élaboré et à leur incroyable solidarité, qui rapprochent mystérieusement ces drôles de petits animaux de l’espèce humaine, vous découvrirez une famille… comme la vôtre !

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

6 ados dans la Jungle pendant une semaine !!!

1 er jour
Une heure de minibus sur de l’asphalte défonce et nous atteignons l’entrée du marais de Kaw. Pour les 6 ados, Catherine, Juliette, Léa, Benjamin, Maxime et Rémi, c’est l’aboutissement de 8 mois de préparation physique et scientifique avec l’explorateur Stéphane Lévin. Pour le moment, les jeunes aventuriers chargent les deux tonnes de matériel technique à bord de 2 grosses pirogues arrimées à un arbre. C’est parti !

2 eme jour
Hier soir, nous avons arrimées les pirogues à une grande barge flottante, sur les marais de Kaw. «  Il y a des lits ou des hamacs, vous pouvez choisir … » annonce Stéphane Lévin. C’est l’heure des premières surprises. Alors que Deix, le logisticien de l’expédition, ouvre une touque, un serpent-liane surgit ! Il l’y avait enfermé pour nous le montrer, puis l’avait oublié …

3 eme jour
On quitte ce matin les marrais de Kaw pour emprunter le canal du même nom, creuse par d’anciens bagnards. Pendant près de 150 ans, la Guyane a ainsi  » accueilli  » des dizaines de milliers de détenus condamnes par la justice française. Ah oui ! j’allais oublié ! Les premières grosses pluies commencent à tomber. Autant s’y habituer rapidement …

4 eme jour
Hier, nous avons rejoint en pirogue la ville de Régina, autrefois base arrière des chercheurs d’or clandestins. Les militaires leur faisant une guerre sans relâche, ils ont quasiment disparu. Nous repartons tôt le matin en pirogue en direction du point de départ de la longue marche vers la Savane-Roche, un sommet granitique qui surplombe toute la canopée. Sous un rideau de pluie et dans une pénombre permanente, on avance à l’aveuglette. Et soudainement …
 » C’est fou, c’est fou… C’est fou !  », se met à marmonner Catherine une fois arrivée au sommet. Pour la première fois de l’expédition, l’immensité de la foret amazonienne se dévoile en effet devant nos yeux ébahis. 

5 eme jour
Ce matin, les douleurs héritées de la marche d’hier se font sentir. Mais les jeunes voyageurs se mettent au travail des le lever du soleil. Des échantillon de pluie sont pris, ainsi que des mesurent atmosphériques.

6 eme jour
Tout les jours jusqu’a présent, les camps doivent être faits et défaits en une poignée de minutes. Malheurà celui qui oublierait son matériel ou son hamac ! Aux petits tracas quotidiens viennent désormais s’ajoutait les « odeurs de fennec« , selon Léa, ou de « rat crevé » selon Benjamin. La rencontre avec Papataki, un Amérindien quasiment aveugle de 95 ans, va nous aider à relativiser nos petit soucis.

7 eme jour
Hier soir, nous nous sommes installer au Grand Canori: le plus grand saut de Guyane. Pour enfin prendre l’hélicoptère pour rentrer en France. Quand soudain ce rêve été déjà terminer c’était une très bonne semaine pleine d’image de frayeur en tête. 

eBay contribue à l’extinction des animaux

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Alors que le très populaire site d’enchère eBay lançait cette année son tout nouveau site internet «socialement responsable», l’organisme environnemental IFAW déplore le fait que les problèmes de protection animale et de conservation de son site vedette ne sont pas résolus.

En effet, eBay a lancé WorldofGood.com, annoncé comme «un nouveau marché de l’e-commerce» offrant «des produits qui ont un impact positif sur les Hommes et la planète». Selon eBay, son nouveau site permet ainsi aux «clients de voir l’impact social et environnemental positif» de chaque achat, notamment «s’il soutient la préservation des espèces animales». Or, selon le Fonds international pour la protection des animaux, la maison mère ne fait rien pour réguler le trafic permanent des produits animaux sur le site principal d’eBay.

Disparition des espèces

Dans le monde entier, le commerce illicite des animaux sauvages est estimé à plusieurs milliards d’euros par an, un marché noir qui n’est surpassé que par le trafic de drogue et d’armes. Par exemple, on estime que près de 20 000 éléphants sont tués chaque année pour alimenter le commerce illicite de l’ivoire.

«Si eBay ne fait pas le ménage sur son propre site, il contribuera à l’extinction des animaux. Le site est actuellement une place de marché où s’achètent et se vendent des produits illégaux provenant d’animaux sauvages», juge IFAW.

(source canoë.ca)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Michel Drucker, sa chienne Olga est morte…

C’est une véritable tragédie que vivent depuis hier l’animateur Michel Drucker et sa femme Dany Saval.

En effet, Olga, la chienne la plus célèbre du petit écran, qui accompagnait Michel tous les dimanches sur la fameux canapé rouge de Vivement Dimanche sur France 2, est morte hier chez son vétérinaire, des suites d’un cancer des os.

Le petit animal, que l’on ne voyait un peu moins souvent lors de l’émission dominicale, souffrait depuis plusieurs semaines. Elle accompagnait Michel Drucker sur les émissions de télévision depuis plus de 10 ans.

Nous avons une tendre pensée pour Michel et Dany, qui sont très malheureux de cette disparition.

http://www.dailymotion.com/video/k36ZYeE694TYQ1E2Qq

En voici un court extrait que vous retrouverez en intégralité dans Doggy, dès le 18 juin : « Je voudrais [...] te dire que mon premier regard quand je me réveille est pour toi… ne le répète pas à Dany. [...] Saches que ta présence est pour moi une source d’équilibre et d’apaisement. »

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

UN GRAND HOMMAGE A OLGA !!!

Interview d’Alain Laurioux

Il est à la fois régisseur du Cadre Noir et photographe équestre. Alain Laurioux connaît les plus grands écuyers et a voyagé aux quatre coins du monde. mais c’est auprès des chevaux qu’il se sent vraiment bien …

Quel est votre parcours ?

Je suis un gars basique, un fils de paysan. A 13 ans, j’ai obtenu une dérogation pour entrer à l’école des apprentis jockeys à Maisons-Laffite. Le soir, comme activité, j’avais choisi la photo. Mais mon professeur est mort. Le directeur de l’école m’a aussitôt convoque dans son bureau. Il m’a donné la clé du labo et m’en a confié a responsabilité. J’avais 15 ans. 

Vous avez appris tout seul ?

Oui, trois fois par semaine, de 19 h 30 à 22 h, je développais mes photos mes photos dans se labo. Tu n’a pas besoin de faire de longues études pour devenir photographe ! C’est d’abord une histoire d’amour.

Que photographiez-vous ?

Des chevaux, bien sur ! Des portrait des pur-sang, mais aussi des troupeaux dans les champs. j’ai toujours aimé les observer, les approcher, essayer de comprendre comment ils fonctionnent, comment ils communiquent, quelle est leur hiérarchie … Rien ne me procure plus de plaisir que d’être dans les prés, à leur cotes. Le cheval en liberté est mon plus beau modèle ! Et certainement le plus difficile à photographier. Pas évident de trouver le bon cheval, dans un belle attitude, avec un fond esthétique et une superbe lumière ! Bob Langrish est un maître du genre !

Comment viviez-vous ?

Je me suis fait embaucher comme palefrenier à Saumur. Pendant sept ans, j’ai fait les boxes, j’ai trimbalé des bottes de paille et j’ai soigné les chevaux de dressage. Mais je ne m’y plaisais pas. L’ambiance était trop militaire, et puis je ne montais plus à cheval. Au moment où je suis allé annoncer mon départ au directeur, il m’a demandé d’attendre six mois et de prendre le poste de régisseur qui allait se libérer. J’etais passionné par la lumière et par la musique. Cela ne pouvait pas mieux tomber !

Interview de Nicolas Touzaint

 Nicolas Touzaint, né le 10 mai 1980 à Angers, est un cavalier français de Concours complet d’équitation (CCE) de haut niveau. Il est issu d’une famille déjà connue pour ses prestations dans le monde équestre : son père, Jean-Yves Touzaint, était champion de France de concours complet en 1975 et 1976.

Comment s’organisent vos journées ?

A 8h, je suis dans les écuries. Je monte a cheval de 8h 30 à 13h. Je travaille sur le plat ou je saute. Mes trois assistants sont charges des trottings et du travail de récupération. Les chevaux sont tous mis au marcheur et certains vont au paddock. Après le déjeuner, je me remets a cheval jusqu’à 16 ou 17h. 

Vous allez également vous entraîner à l’extérieur ?

Je galope mes chevaux sur les pistes de galop d’un amis, entraîneur de course. J’emmène mes jeunes chevaux sur des terrains de cross pour leur faire voir plein de choses. Enfin, je travaille le dressage au pôle France, à Saumur.

Vous terminez à 17h ?

Pas du tout ! Je supervise ensuite les soins et je m’occupe du … téléphone ! Il faut donner des nouvelles aux propriétaires, chercher des sponsors, etc .

Vous sortez souvent en concours ?

Je me déplace quasiment tous les week-ends entre le 1 er mars et le 31 octobre, aussi bien en France qu’à l’étrangé. En concours, il m’arrive de sortir quatre chevaux. Avec trois épreuves par cheval, les week-ends sont bien remplis.

Vous entretenez votre forme physique ?

honnêtement, je n’ai pas le temps. Je suis jeune, souple et je mène une vie saine ! Je m’efforce de ne pas sauter de repas !

Pas trop difficile de rester au top ?

On est très dépendant du cheval que l’on monte. La moindre baisse de forme, une blessure … et tout est remis en question. C’est je m’efforce de former une relève. C’est un travail à long terme.

Comment voyez-vous l’avenir ?

J’ai 27 ans, de bons chevaux, des propriétaires, des sponsors … Je veux en profiter et ne pas décevoir. Mon but est clair : gagner un maximum d’épreuves ! J’aimerais être prêt pour les J.O. de Hong Kong en 2008. Plus tard, je pourrai me reconvertir dans l’enseignement, le commerce des chevaux ou les courses. Je ne manque pas d’idées !

Pourriez-vous sans les chevaux ?

Impossible !!! Sans eux, je n’en serais pas là !Ils m’apportent tout: les résultats, le succès, le travail … ILS SONT MA VIE !!!

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit